Bulletin 001 – Janvier 2020

La “Montagne” de “Bracoac” garde ses secrets !

Situé entre Merville et Daux, cet endroit qualifié de « montagne » par Mireille Mousnier (sans aucune précision), fut une possession de l’abbaye de Grandselve et plus précisément de la « Grange » de Larra…
Lionel et Florent, en cherchant à situer ce lieu, trouvent quelques actes faisant référence à un certain « Bras Coüats » ou « Bracoüats » lequel est pour eux, plus facile à situer…
Michel, tente plusieurs reconnaissances de surface toutes plus ou moins infructueuses… hormis une rouelle Gallo-romaine, plusieurs galets aménagés (bifaces) et quelques silex qui
indiquent une fréquentation durant la préhistoire…

Ce « perçoir » découvert à Bracoac en 2019 a été extrait d‘un rognon de silex dont la couleur « gris-bleu-foncé» est à ce jour inconnue dans notre secteur ! En effet, toutes les collections locales sont essentiellement constituées d’éléments de couleur « brun-ocre » plus ou moins clair voire blanchâtre…

(Silex Pyrénéen…)

Quelques rares exemplaires sont néanmoins de couleur bleuâtre mais très clairs… Ceci ajoute donc une autre part de mystère à ce lieu qui cache ses secrets ! A suivre…

Une « Meurtrière » découverte à Larra !

C’est notre ami Mirko qui réside dans la maison du « Granger »du Chai de la Grange de LARRA du lieu-dit « L’Avocat » qui, dans son travail de restauration de la bâtisse, fait cette étrange et peu banale découverte !
Il prévient aussitôt Michel qui, au vu de cette ouverture, lui confirme que cette interprétation est tout à fait logique !

En effet cette bâtisse date probablement de 1160 (date de la création de la Grange de Larra) et, à cette époque, les moines de l’abbaye avaient l’habitude de « fortifier » leurs constructions afin de protéger les récoltes !
Cet endroit abritait un Chai malheureusement disparu (seules les fondations de la cuve subsistent), un grand bâtiment (qui pouvait être une bergerie) et l’habitation du Granger. Bravo à Mirko qui travaille depuis de nombreuses années à restaurer les bâtiments en respectant les matériaux et les techniques de l’époque !
Michel se souvient de la visite organisée par Marcel Sultana de la Grange de Terride dont les bâtiments sont miraculeusement conservés ! Nous pouvions y découvrir de splendides « meurtrières » !

Vieilles pierres… Des historiens au travail !

Point de vacances pour les historiens et notamment les responsables et animateurs des groupes de recherches de notre région qui, pour parfaire leurs connaissances ont parfois besoin de se rencontrer pour une visite publique ou bien privée et exceptionnelle comme celle du mardi 6 septembre à Saint Georges dans le Gers pour découvrir les anciens bâtiments qui subsistent encore de la « Grange » de Terride appartenant jadis à l’abbaye cistercienne de Grandselve. Cette sortie coordonnée par Marcel Sultana (Historien de Bretx), rassemblait quelques érudits de notre histoire médiévale : Mr André Rocacher (Président de « Hier Grenade », Mr Michel Comby (Historien de Thil), Mr Michel Hastenteufel (Président du groupe Histoire de Larra), Mr Jean Dumas (Président des « Amis de l’Abbaye de Grandselve » et Patrick Ducasse de Bouillac accompagnés de plusieurs membres de leurs équipes respectives et notamment Mr Patrick Froidure auquel nous devrons à jamais la renaissance de l’abbaye de Grandselve !/
Pour le groupe de chercheurs, grâce à l’autorisation des propriétaires des lieux et la conduite du régisseur, l’objectif était de faire le point sur les techniques de construction impulsées par les Abbés pour les installations destinées à faire prospérer les territoires (« Granges ») de leur vaste domaine.
Une occasion unique car il ne subsiste de nos jours, quasiment plus de vestiges de cette époque des 12 ème et 13 ème siècle ! (Un chai existant à Larra fera l’objet d’une prochaine visite)
Le bâtiment de Terride, remanié à plusieurs époques suite à des incendies successifs comporte néanmoins de nombreux vestiges du moyen âge du fait des matériaux employés (blocs de calcaire massifs). Ces murs dévoilent une porte défensive exceptionnelle à « mâchicoulis » et l’on peut observer des « meurtrières » aménagées dans les murs qui font près d’un mètre cinquante d’épaisseur !
En ce qui concerne les boiseries, quelques rares énormes poutres auront survécues aux incendies et sont encore visibles, mais, une partie est d’origine contemporaine… une restauration datée de 1830 est gravée au linteau d’une porte de la cour. Cependant la restauration est sans doute une réplique fidèle de la charpente originelle…
Une bâtisse imposante :

Terride

De forme rectangulaire avec sa tour caractéristique au dessus de l’entrée, elle est très semblable à celle de Lassale… La cloche à l’angle rappelle l’appartenance religieuse … Face au bâtiment principal, on peut découvrir le pigeonnier avec ses ruines attenantes… Une promenade à l’arrière du corps principal nous révèle le ruisseau et une source dite « intarissable » qui ont dû compter dans le choix de cet endroit pour l’implantation des constructions ! Un superbe escalier monumental mène à la fontaine. La façade arrière sobre et dénudée comporte des meurtrières et, au sommet, dans le but d’éclairer l’intérieur, un charmante fenêtre trilobée rappelant elle aussi l’appartenance à l’abbaye.
La porte d’entrée massive en bois avec des ferrures remarquables permet de découvrir une belle cour intérieure. Un cheminement comportant deux rangées de pierre pour le passage des charrettes bordés d’un pavage montre la qualité de cette construction !
Le mur arrière, très uniforme dans sa construction en pierre, présente tout de même quelques incrustations de briques de terre cuite d’épaisseur inhabituelle mais caractéristique de l’époque de Grandselve…
Le Chai :

L’entrée du chai

Larra ayant conservé son chai d’origine, c’est avec impatience que nous souhaitions le comparer à celui de Terride. Malheureusement, il nous a été impossible de le visiter pour des questions de sécurité. La rampe d’accès étant inutilisable, nous avons seulement aperçu la base des cuves qui, à Terride, semblent rectangulaires alors qu’à Larra, elles sont de forme circulaire !
La Fournière :

La fournière

Comme on le constate sur le cliché, il ne subsiste que des ruines de cet élément indispensable . Notons qu’à Larra, la fournière existe encore et que par chance, son état de conservation est très correct.
Le pot de l’amitié :

Le pot de l’amitié

Notre ami Marcel, instigateur de cette visite avait prévu de clore la visite par un pot de l’amitié ! Champagne et un superbe gâteau aux noix de sa fabrication, il n’en fallait pas moins pour sceller des liens de coopération entre historiens passionnés par l’Abbaye de Grandselve !
Merci aux propriétaires d’avoir bien voulu nous recevoir dans leur belle demeure !