Bulletin 006 – Janvier 2021

Petite sortie de reconnaissance à Merville…

Un dimanche après midi, Laurent et Florent invitent Michel Hastenteufel pour faire quelques prélèvements sur les déblais de terre végétale d’un chantier de construction d’une habitation implantée dans un ancien jardin potager non loin du château de Merville en ayant bien entendu l’autorisation du propriétaire lui même intrigué par quelques tessons de poterie et connaissant notre intérêt pour le patrimoine des Hauts-Tolosans… Aussitôt dit, les trois compères se retrouvent face à quelques tas de terre et surtout de nombreuses ronces ! Il s’agit essentiellement d’une reconnaissance visuelle…
Mais, un détecteur fait néanmoins partie des bagages… au cas où…
Et c’est lui qui sonnera presque de suite en faisant découvrir un centime “alu” de 1946 (type Morlon), des ciseaux, quelques objets de cuivre, fer à cheval… et deux “objets” qui vont se révéler très intéressants : une boule de plomb qui fait penser à un projectile d’arme à feu pouvant dater du 14 ème siècle ?

Diamètre = 28 mm – Poids = 94 Gr

Vers 1370, l’haquebute (primitive) : Elle comporte un long fût de bois (ou parfois de fer), à l’avant duquel est fixé un canon de fer de courte dimension (20 à 25 cm). Son calibre fait généralement de 18 à 28 mm. Une balle ronde en plomb, de 18 mm de diamètre part à la vitesse de 130 mètres par seconde, avec une charge de 4 grammes (7 grammes au moyen âge) de poudre noire. Allumage au boutefeu à mèche ou par un ringard chauffé au rouge. (Une planche de pin de 3 cm d’épaisseur est traversée à 15 mètres). C’est l’ancêtre de toutes les armes à feu portatives occidentales !
A partir de 1410, apparait « la couleuvrine à main » appelée « scopette » dans le sud de la France… Une identification très probable à Merville qui eut à subir de nombreuses “agressions” au cours de son passé…

Et enfin, une plaque en fonte comportant des inscriptions qui va se révéler très intéressante après son identification ! En effet, il s’agit d’un emblème de La Maison Edmond Laurent – Armurier à Toulouse en 1876-1900. Nos Mervillois devaient s’y fournir ? Mais la présence de cette plaque pose mille questions !

Edmond LAURENT – Articles de chasse.

La Maison Edmond Laurent
Selon le « Qui est Qui » de Jarlier, Tome 1, page 246 :
Edmond Laurent – Armurier à Toulouse en 1876-1900.
Dépôt de marque de fabrique le 13 mars 1885, marque de culot de cartouches « PARIS E.L. ».
Deux autres dépôts le 9 décembre 1886. Un autre dépôt le 17 décembre 1901 au nom de Veuve E. Laurent.
Un autre dépôt le 18 avril 1907 au nom d’Henri Laurent, même adresse.
Il est le successeur de la Vve d’Edmond Laurent (très probablement son fils ??) entre Août 1903 et Mars 1905 (vue sur factures: 1903 sans mention, 1905 avec mention de succession).
On retrouve la maison en 1931. Adresse connue : 20, rue des Changes.
Annotation de l’auteur :
Très probablement Edmond Laurent reprend la « Maison Sylvestre » largement avant 1876 puisque j’ai trouvé une facture datée du 20 août 1875 portant la mention Laurent successeur de Sylvestre et dans les archives de Toulouse « Recensement de la population 1872 » on trouve au 20 rue des Changes un Edmond Laurent « Quincaillier » âgé de 31 ans et originaire de Villeneuve sur Lot dans le Lot et Garonne.

Edmond est né le 4 avril 1841 à Villeneuve sur Lot, fils de Pierre Laurent, négociant et de Mélanie Viguié. Le 10 mai 1873, Edmond Laurent, il se dit « Négociant », se marie avec Jeanne Audemar – Luxeul, fille de Amboise Audemar – Luxeul, « Banquier » et de Jeanne Million. Jeanne Audemar – Luxeul est née le 9 août 1841 au Fousseret en Haute Garonne. La veuve d’Edmond Laurent utilise le nom « Veuve E. Laurent » largement avant le 17 décembre 1901 puisque nous pouvons l’observer la mention « Veuve » sur des factures datées de 189… .
Amboise Henri Laurent est né le 23 mars 1874 à Toulouse et est le fils ainé d’Edmond et de Jeanne.

A noter : le jardin où a été trouvé cet emblème appartenait à une importante bâtisse Rue du Bourrelier dont les portes sont curieusement ornées de motifs également en fonte !

Hasard ?..
Nos amis Mervillois peuvent certainement trouver là un intéressant sujet de recherches !

A suivre…

Dans la “sabline” de la Garonne à Grenade : étrange découverte !

Mr Geofroy Léguevaques résidant à Mondonville se fait livrer de la sabline extraite à grenade pour assouplir son jardin… et une étrange rondelle de bronze d’un diamètre de 73 mm et de 10 mm d’épaisseur pour un poids de 121 Grammes attire son attention ! On dirait une médaille ancienne… Aussitôt, ayant entendu parler de notre groupe, il nous demande si nous pouvons l’aider à identifier cet objet !
Michel lui répond : Désolé de ne pas avoir répondu de suite pour plusieurs raisons personnelles…
Et puis je dois dire que j’ai tardé car je n’ai jamais vu ce genre d’artefact… Je vais faire des recherches. L’effigie est typiquement romaine ( Constantin ) mais de facture gauloise.… Le revers est concrétionné mais ne le nettoyez surtout pas car il détient la clé pour l’identification… et la patine est très très fragile !
Soit ce bronze est d’époque Gallo romaine ? soit c’est une médaille commémorative plus récente ?
Je l’examinerai après avoir fait quelques recherches… et avoir interrogé mes collègues de la S.A.P.
Merci beaucoup et à très bientôt !
Réponse de Mr Léguevaques : Merci pour votre réponse. nous en savons déjà plus grâce à vous. Nous sommes disponibles pour vous le montrer si vous avez envie ou besoin de la voir. Salutations. Geofroy.

La question est posée ! Peut être que notre expert Michel Ferrier pourra nous éclairer ?

Quai de la Garonne à Grenade : l’ancien drainage de la bastide !

Une découverte lors des travaux d’aménagement des quais de Garonne : un puits d’accès qui mène vers un ouvrage “souterrain” et qui est visiblement un exutoire de l’ancien réseau construit par Grandselve en 1290 pour assainir la future Bastide !
Affaire suivie “de près” par notre ami André Rocacher.

Pendant déconfinement et re…confinement… une bonne nouvelle !

Mme Chantal AYGAT

Rendez-vous avec la présidente de la commission
“Vie associative” de la communauté des Hauts-Tolosans !

Le mercredi 16 décembre, une réunion était organisée à la Mairie de Merville à la demande de la Mairie de Larra afin de présenter à la communauté le projet de “Musée des Hauts Tolosans” qui serait installé prochainement dans le presbytère de Larra.

L’objectif de la rencontre était de présenter le projet afin d’établir les futurs dossiers de subventions 2021 pour les travaux d’aménagement et la nouvelle structure qui sera chargée de sa gestion.
Mrs Claude François (Maire adjoint) et Michel Hastenteufel président de la SAP des Hauts-Tolosans expliquent à Mme Aygat que ce futur musée qui prendra la suite de la “Maison de l’Histoire” à Larra aura une envergure communautaire et sera géré par la nouvelle association “Société des Amis du Patrimoine des Hauts Tolosans“. Michel remet à Mme la présidente les documents officiels attestant de l’existence de cette nouvelle structure.
Mme Chantal Aygat prend bonne note de toutes ces informations et promet de mettre tout cela à l’ordre du jour de sa prochaine séance de travail avec Mr. Denis Dulong (Maire de Drudas) son adjoint à la commission. Elle nous précise son enthousiasme et sa volonté de remanier les critères d’attribution des subventions de la communauté afin de les rendre plus dynamiques.